News

— Veja

keep walking —

Il semble déjà loin le temps où Veja ne proposait que des paires de baskets. En effet, depuis, la petite aventure de Sébastien Kopp et Ghislain Morillion lancée en 2004 s'est muée en success story et a permis de développer beaucoup d'autres projets.
Le tout denier est en rapport avec le cinéma et la sortie du film de Luc Jacquet (le 13 novembre 2013), "Il était une forêt" . Il aura suffit que Ghislain rencontre le botaniste Francis Hallé, le seul humain présent dans le film pour que naisse un imprimé de baskets exclusif baptisé Moabi. Qui mieux en effet qu'une marque écologique pouvait s'associer à cette "évocation poétique et esthétique" de la forêt, tournée au Gabon et au Pérou.
Mais Veja c'est aussi depuis 2008 : des modèles pour enfants et bébés, depuis 2009 : des sacs et de la petite maroquinerie, l'ouverture de Centre Commercial en 2011 et en 2013 la création d'une ligne de chaussures Centre Commercial pour hommes et femmes, le lancement de la Revue du même nom et enfin tout dernièrement l'inauguration de Centre Commercial Kids pour les 0-14 ans. Les fondateurs fonctionnant surtout à l'intuition et écoutant aussi leurs envies personnelles.
La recherche de matières étant l'ingrédient numéro un des collections, Veja possède depuis ses débuts sa propre filière de matières premières. Pour fabriquer ses semelles, la marque travaille au Brésil avec une coopérative de seringueros, habitants de la forêt amazonienne vivant de la récolte du caoutchouc sur des hévéas sauvages. Ce caoutchouc permet de valoriser et de préserver la forêt. Selon les modèles, place aussi à une toile en coton bio en provenance du Nordeste brésilien ou à du cuir tanné à partir de végétaux, dont des extraits d’Acacia. Alors que d'autres matériaux sont en phase de recherches. Enfin, militante, Veja ne fait pas de publicité dans le but de permettre de proposer les baskets à un prix équivalent à ceux des grandes marques, alors que la fabrication des modèles coûte 3 à 4 fois plus cher. La marque explique aussi que toutes les baskets et accessoires Veja voyagent par bateau depuis Porto Alegre (Brésil) jusqu’au Havre. Le transport s’effectue ensuite par barge jusqu’en banlieue parisienne et c'est Atelier Sans Frontières (ASF) -qui accompagne des personnes en situation d’exclusion- qui réceptionne la marchandise et s'occupe ensuite de la logistique. Last but not  least, les emballages des baskets sont en carton recyclé et recyclable. Pour alimenter ses bureaux en électricité, Veja ne passe plus par EDF – centrales nucléaires et thermiques – mais par la coopérative Enerccop. Bref, rien n'est laissé au hasard.
Dans la continuité, les deux boutiques parisiennes Centre Commercial (clin d'oeil à notre société de consommation) proposent pour la femme, l'homme et depuis peu l'enfant -avec Centre Commercial Kids- des marques de mode et d'accessoires en accord avec la philosophie des fondateurs. Soit du fait main, du bio ou du made in France.
Enfin, la marque se lance aussi au Brésil. Comme là-bas Veja est déjà le nom d'un grand magazine hebdomadaire national, c'est sous le nom de Vert que les Brésiliens vont avoir leur propre collection. Une green attitude qui se répand de par le monde !

http://www.veja-store.com
http://www.centrecommercial.cc