News

— Regina Dabdab

Wild jewels —

Bruts, naturels, énigmatiques, chamaniques… Les bijoux de Régina Dabdab pourraient être décrits de 1001 façons. Il faut dire que les créations de cette Brésilienne installée à Paris, depuis environ 6 ans, ne ressemblent à rien de connu et c’est tant mieux !

De l’univers de la chaussure et de la maroquinerie, elle a fait le grand saut en lançant sa propre marque en 2009. « J’ai toujours collectionné les pierres et fais des petits montages, confie Régina. C’est une styliste de mode qui m’a mis le pied à l’étrier en utilisant mes bijoux pour un shooting et c’est parti tout seul ! ».

Cristal, pyrite, émeraude, améthyste, tourmaline noire, pierre de sable, aigue marine, bois flotté, moulages de coraux en bronze, plaqué or ou argent et même désormais bambou… Voici quelques-uns des ingrédients utilisés dans les compositions de Régina Dabdab. « Pendant longtemps, j’ai moi-même collecté mes matières premières au fil de mes vacances, de mes promenades ».

L’étape suivante consiste à marier et à assembler les pièces recueillies comme un puzzle et à les monter en sautoirs ou en faire de vraies parures. Point commun : chaque création est unique par la forme du matériau et l’assemblage fait à la main dans le petit atelier/showroom parisien. « Les pierres ont un langage qui compte pour moi, mais c’est quelque chose auquel les Françaises ne croient pas trop, explique Régina. Pourtant certains minéraux dégagent une énergie dingue ! ».

Régina croit aussi beaucoup aux rencontres qui l’amènent à créer en collaboration. Comme ce printemps avec la marque japonaise Culoyon ou pour l’été avec la joaillière brésilienne Marina Sheetikoff.

Son grain de folie et sa douce sauvagerie ont déjà conquis de nombreuses boutiques comme Ostentatoire et L'Adorable Cabinet de Curiosités de Monsieur Honoré à Paris ou encore l’enseigne Anthropologie aux Etats-Unis. Elle réalise aussi du sur-mesure pour les clientes qui lui en font la demande.  Les prix vont de 150 euros à plus de 1200 euros.

http://reginadabdab.com

(Photos : Céline Vautard)